Présentation de la commune

Notre commune

CHARTAINVILLIERS est une commune de plateau située en rive gauche de l’Eure. Le sol est constitué de craie sénonienne, d’argile à silex et d’argile Yprésienne avec une couverture limoneuse qui favorise les cultures céréalières.
Les terres cultivées occupent 689 hectares (soit 76% de la superficie générale) et les bois couvrent 136 hectares principalement localisés sur les bordures du plateau et sur les talus de l’ancien Aqueduc devant relier Pontgouin à Versailles.

vue-aerienne-juin-2006-11

Population : 751 habitants (recensement de 2009), dont :
     368 femmes,
383 hommes à la résidence
     219 moins de 20 ans
      66 plus de 64 ans
Cette population positionne Chartainvilliers à la 14e place du canton de Maintenon, à la 57e place de l’arrondissement de Chartres, 119e place au niveau du département d’Eure-et-Loir, 640e position en Région Centre et au 11 840e rang national.
Code postal : 28130
Les habitants : les Carnutes
Nombre d’électeurs : 539 inscrits (en 2012)
Nombre de foyers : 283

Superficie de la Commune : 907 hectares
Altitude moyenne 138 mètres, dont 155,5 m à la Mairie, 167 m au point culminant et 109 mètre au point le plus bas
Situation : 2,5 Km de St-Piat (gare SNCF et commerces)
5 Km de Maintenon (gare SNCF, commerces et services)
15 Km de Chartres
83 Km de Paris
88 Km d’Orléans
Accès : RD 906 Chartres/Maintenon/Rambouillet
Code INSEE : 084
La préfecture : CHARTRES (28000)
L’arrondissement : CHARTRES
Le canton : MAINTENON – 20 communes – 31 459 habitants en 2006
Département : EURE-ET-LOIR, 421 114 habitants en 2006
Préfecture : CHARTRES
La région : CENTRE, 2 591 265 habitants en 2006
Préfecture : Orléans (45000)

* * *

Chartainvilliers ne compte aucun commerce d’alimentation, ni de distribution. Des tournées quotidiennes, ou hebdomadaires, sont effectuées par des commerçants de communes avoisinantes.
On compte 27 établissements dans la commune, dont 7 liés à l’agriculture et 11 dans le secteur tertiaire (22 n’ont pas de salariés).

Patrimoine
Le monument historique de Chartainvilliers : l’église, érigée en 1390, puis reconstruite en 1696 sous l’égide de Madame de Maintenon comme en témoigne le bandeau sculpté sur le portail (armoiries stylisées sur la feuille communale mensuelle « La Voix du Frou »). Par ailleurs sur le territoire du village passe un tronçon de l’aqueduc de Maintenon qui devait alimenter le Château de Versailles en eau.

Bâtiments publics
La mairie
Une bibliothèque
Une unité scolaire du regroupement pédagogique ;
Une salle polyvalente offerte aux activités des associations, et ouverte à la location aux particuliers (habitants ou non de la commune) sauf le soir;
Une aire de loisirs .

Eau
L’eau potable est distribuée directement en régie. Le captage a lieu sur Saint-Piat et correspond à 50m3/heure reçus au château d’eau.
La teneur en nitrates de cette eau est contrôlée périodiquement et les résultats d’analyse affichés en mairie. En mai 2007, le taux constaté se situait à 50 mg/l, limite maximum tolérée. Il était, au 28/04/2011, de 37,1 mg/l.
Pour améliorer la qualité de l’eau distribuée et « sécuriser » l’alimentation, la commune a participé à la création en 2000 du Syndicat Intercommunal de Pompage de la Région de Soulaires. Celui-ci lui fournit son eau depuis le 1er janvier 2003. Par ailleurs, ce syndicat a réalisé un nouveau forage et l’interconnexion avec des puits voisins .

Assainissement
En février 2001, une nouvelle station d’épuration plus moderne, d’une capacité équivalent 1100 habitants, a été mise en service. Elle a remplacé la station réalisée en 1978 lors de la construction du lotissement « Les Bruyères » qui couvrait les besoins de 600 équivalents/habitants.
Six tranches de travaux, achevées en 1996, permettent le branchement de toutes les habitations du village sur le réseau d’assainissement des eaux usées.

Gaz
Suite à plusieurs interventions de son conseil municipal, Chartainvilliers a été inscrit au plan de desserte gazière. Dans ce cadre, en 2001, GDF a réalisé l’alimentation en gaz naturel du village. Néanmoins, malgré les engagements pris et les demandes de la municipalité, il tarde à finir l’installation de son réseau, notamment dans les rues de l’Avenir et Jean Moulin.

Ordures ménagères
Les ordures ménagères, qui relèvent depuis sa création en 2003 de la compétence de la Communauté de Communes des Terrasses et Vallées de Maintenon, sont ramassées une fois par semaine, actuellement le mercredi matin, par le SIRMATCOM du canton de Maintenon. Elles sont convoyées jusqu’à l’incinérateur de OUARVILLE géré par le SYMIRIS/SITREVA.
Les déchets recyclables (papiers, plastiques, cartons,…), mis dans des containers adaptés, sont collectés tous les quinze jours, le lundi matin.
Les verres sont collectés dans un container mis à disposition des habitants sur le parking de l’école.
Les autres déchets peuvent être transportés à la déchèterie de Pierres (près de Maintenon) dont l’accès est gratuit pour les habitants du village.

Réseaux routiers et piétons
Chartainvilliers est desservi par un réseau routier assez dense de 15,25 kilomètres de routes départementales. La plus importante est la RD 906 (ancienne RN 10) qui relie Chartres à Rambouillet via Maintenon et traverse la commune à l’Ouest du bourg. Du fait de son trafic intense (5619 véhicules/jour en 1996) et de sa « dangerosité », un projet d’élargissement est en projet au conseil général. En octobre 2005, un giratoire d’accès à cette voie a été réalisé sur le territoire de la commune.
Le réseau des chemins ruraux est également bien développé avec une longueur totale de 28,5 kilomètres, dont 5 mitoyens avec les communes voisines et 3,2 goudronnés. Beaucoup de chemins ne sont pas empierrés et certains d’entre eux subissent les aléas climatiques (ornières les rendant impraticables pour les véhicules normaux par temps humide, traces de ravinement par le ruissellement).

Syndicats intercommunaux
Afin d’assurer les services nécessaires à ses habitants (éducation, alimentation en eau, traitement des boues de la station dépuration, éclairage public, environnement,…) la Commune de Chartainvilliers adhère à sept Syndicats Intercommunaux à Vocation Unique (S.I.V.U) et, depuis le 1er janvier 2002, à la Communauté de Communes des Terrasses et Vallées de Maintenon.

Patrimoine local

Patrimoine

L’Eglise
eglise_01Le monument, visible, le plus ancien de Chartainvilliers : l’église, érigée en 1390, puis reconstruite en 1696 sous l’égide de Madame de Maintenon comme en témoigne le bandeau sculpté sur le portail (armoiries stylisées sur la feuille communale mensuelle « La Voix du Frou »).
fronton_01La date de 1696 et les armoiries de Madame de Maintenon, qui figurent sur le fronton de l’église, attestent l’importance que l’amie du Grand Roi devait apporter à ce lieu de culte en le reconstruisant.>
Pour en savoir plus :http://chartainvilliers.fr/eglise

Les Terrasses
.terrasses_01 En 1685, Louis XIV, installé à Versailles, désire que les fontaines du Château fonctionnent jour et nuit; un projet, parmi tant d’autres, consiste à détourner les eaux de l’Eure à partir de Pontgouin et de les mener aux divers bassins alimentant le parc.
bornes_terrasses_01L’eau voyage au niveau du sol jusqu’à Théléville, puis il faut traverser la Vallée de l’Eure à Maintenon, pour cela Vauban projette la construction d’un aqueduc de 4480 m de long sur trois niveaux d’arcades (70 m de haut).
La déclaration de guerre à I’Espagne, et le manque d’argent, arrêtent les travaux qui ne seront jamais repris. 30 000 hommes ont travaillé sur le site, 10 000 sont morts de maladie (malaria, scorbut).
terrasse_carte_01Les Terrasses sont le témoignage de ce passé. A noter que la « Grande Voute » (XVIIe s.) est inscrite au répertoire de Monuments Historiques depuis le 19/03/1934.

Les bornes du Châpitre
Notre histoire est liée pour une période à celle du château de Maintenon. En effet, en 1674, Madame de Maintenon achète le Château, clos de murs, en bordure de l’Eure, et en restera propriétaire pendant 24 ans. Elle fera de sa nièce Charlotte Françoise d’Aubigné son héritière qui épousera en Mars 1698 Adrien-Maurice, duc d’Ayen, futur duc de Noailles. En 1731 le Duc fait construire un hôpital pour aider les pauvres gens malades et infirmes de ses Domaines. Il fonctionnera jusqu’à la Révolution. ll ne sera jamais rétabli, mais à la suite d’un procès intenté à la commune de Maintenon, en 1863, il sera attribué, à Chartainvilliers, une indemnisation pour compenser les bienfaits prévus par le fondateur. Cet “hôpital” a été jusqu’en 1990 le siège de la brigade de la Gendarmerie Nationale de Maintenon.

borne_01Six bornes sont positionnées en limite de Chartainvilliers, Bouglainval et Berchère-St-Germain. Sur certaines faces, peu lisibles, figurent les armes de la famille de Noailles (Geules à bande d’or) et sur d’autres faces les armes du chapitre de Chartres (la « chemisette »). Ces vestiges, d’environ un mètre de haut, rappellent la limite des propriétés respectives.

Eoliennes
tour_mairie-1925Chartainvilliers possède deux étranges tours. L’une est située au centre du village sur la route de St-Piat, à côté de la mairie, l’autre est située au sud sur la route de Jouy ; celle de la mairie porte la sirène. Elles sont d’allure XIXe siècle, construites en blocage de silex et mortier, avec base, encadrements et corniche en briques, cette dernière surmontée d’un rang de pierres. Le touriste pensait qu’il s’agissait d’anciens châteaux d’eau ayant perdu leurs cuves ; il y a bien un château d’eau situé à l’est, mais d’allure plus récente (XXe siècle).
En fait, c’est encore plus intéressant : ce sont des supports d’éoliennes !
Au XIXe siècle, le problème de l’alimentation en eau était préoccupant. Chartainvilliers est situé sur le plateau à 156 mètres d’altitude, à 2 km seulement de l’Eure à vol d’oiseau, mais 50 mètres plus haut. Il y avait bien deux puits, mais l’eau était à 50 mètres, car la nappe phréatique est pratiquement au même niveau que la rivière, à une si proche distance.
tour-eolienne_01En 1858, l’idée germa d’installer des pompes dans ces puits. L’idée prit corps en 1859, Mr Loison étant maire, sous la forme de pompes entraînées par des éoliennes. Les tours furent confiées à Mr Lavigne, entrepreneur à Maintenon, les pompes et les éoliennes à Mr Lethiers, charpentier et mécanicien à Jouy, inventeur de l’appareil hydraulique. Après quelques problèmes techniques et politiques, l’installation fonctionna au début de 1861. Le débit était de 700 1/h, ce qui donna satisfaction pour alimenter les fontaines publiques. Le touriste ne connaît pas la date de cessation de fonctionnement. La tour est de forme tronconique, d’un diamètre de 4,20 m à la base et de 3,50 m au sommet, et d’une hauteur de 10,50 m. L’intérieur est d’un diamètre constant de 2,50 m. Le rez-de-chaussée voûté, accessible par une porte, contenait le mécanisme permettant de faire fonctionner la pompe à bras en cas de manque de vent. Au-dessus, le bas du cylindre constituait un réservoir-tampon de 6,3 m3 ; une fenêtre est située au dessus du niveau de l’eau. L’éolienne tournait à 14,5 m de hauteur. Elle comprenait un rotor à 12 pales et une dérive ; on lui avait ajouté 5 pales plus petites pour modérer sa vitesse (?). Un renvoi d’angle entraînait un arbre vertical. Le touriste n’a aucune documentation sur la pompe.
Renseignements et plans ci-après tirés d’une notice consultable en mairie

Source : Roland DURECU Pierres 2005

Evolution de la population

En déclin depuis la Révolution, entre 1954 et 1968 (197 habitants) la population a connu une baisse accélérée. Depuis, elle s’est installée dans un mouvement de croissance qui l’a conduite à presque quadrupler.
C’est dans la période de 1975 à 1982 que la poussée démographique a été la plus conséquente, suite à la réalisation du lotissement « Les Bruyères » au lieu-dit « La Sente du Vau » comme le montre le graphe suivant . Après une stabilisation entre 1982 et 1990, la croissance a repris, et le nombre des habitants recensés en 2006 était de 749, soit une densité de 84,2 habitants au km2. Parmi ceux-ci, on dénombrait 378 hommes et 371 femmes.

Pour 2009, sur la base d’un recensement effectué selon de nouvelles modalités, la population légale a été fixée par l’INSEE à 772 habitants, dont 21 comptés à part. La population légale de 2008 était de 781 habitants, dont 17 comptés à part.
A noter que selon un recensement effectué en 2011, la population municipale était de 725 habitants, soit un retrait de 26 habitants par rapport à celle calculée par l’INSEE pour 2009.

En 2006, dernières données connues, la population de la commune est relativement jeune par rapport à celle du canton, ainsi qu’à celle du département. Son âge moyen était de 36,04 ans lors du recensement de 1999, dont 35,94 années pour les femmes et 36,14 pour les hommes.

Le nombre moyen de personnes par foyer est passé de 2,62 en 1975 à 3,07 en 1990, pour reculer à 2,90 en 2006.

Comme toutes les communes, Chartainvilliers fait l’objet régulièrement d’une enquête de recensement réalisée par l’INSEE.

Nous publions dans les liens suivants, les principaux résultats connus, à ce jour, de ces enquêtes.

 2009 http://chartainvilliers.fr/recensement-2009

 recensement 2006 http://28084.campagnol.fr/IMG/pdf/recensement_200612204.pdf

 recensement 1999 http://28084.campagnol.fr/IMG/pdf/recensement_19992722.pdf

 Graphique de population de Chartainvilliers de 1790 à 2009
http://28084.campagnol.fr/IMG/pdf/2012_POPULATion_1790_20092526.pdf

 Graphique de la population reconstituée de Chartainvilliers de 1616 à 1790 (pdf)http://28084.campagnol.fr/IMG/pdf/chartain_POPULATion_1616_17903926.pdf

 Démographie de Chartainvilliers 1801 à 2000 (pdf)http://28084.campagnol.fr/IMG/pdf/etat-civil_1801_20004257.pdf

Des informations plus fines sur les registres d’état-civil de la commune peuvent être obtenues sur le site des archives départementales d’Eure-et-Loir.
Le site Internet des archives départementales d’Eure-et-Loir vous offre la possibilité de consulter en ligne, pour l’ensemble des communes du département, dont Chartainvilliers :

 les tables décennales de l’état civil, de l’an XI (1802) à 1902, ainsi que, pour quelques communes, des tables alphabétiques ou chronologiques des actes plus anciens ;

 les registres paroissiaux puis de l’état civil, de l’origine à 1882.

adresse : http://www.archives28.fr